Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 10:15

 

 

                                              DQ-Dq-marchands-big.jpg

 

 

Roué de coups, moulu, délirant, notre chevalier errant est ramené, nuitamment, par un voisin qui l'a trouvé presque inconscient sur la route.

À son retour, il reste couché dans un état comateux et ses amis, le curé et le barbier, en profitent pour brûler de nombreux livres de sa bibliothèque et en murer la port

 

 

 

images.jpg

                                                          Illustration de Ricardo Balaca

Lorsqu'il reprendra conscience, ils inventeront une intervention des enchanteurs. Cette invention relancera le récit jusqu'à la fin, car on peut penser qu'à force de se heurter à un réel irréductible, Don Quichotte aurait peut-être renoncé à son entreprise. Désormais il a une réponse à tous les démentis que lui inflige la réalité. Il est victime des enchanteurs !

 Ici s’amorce le thème de la Burla (la mystification) qui va courir jusqu’à la fin du roman : la seule façon d’infléchir le comportement de Don Quichotte est d’entrer dans son jeu, de le suivre dans son délire.

Dans la seconde partie, publiée dix ans plus tard, ce procédé informe la majeure partie des aventures de notre chevalier.

 

Suite en travaux

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
Et Don Quichotte maintenant ! Comme je suis contente de le trouver sur votre blog.<br /> C'est l'une de vos plus belles conférences, si poignante et poétique.<br /> Merci de partager cette belle et grande émotion avec tous.
Répondre

Jacqueline Baldran Maître de conférences. Paris IV
 

Contact

Liens