Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2014 2 04 /02 /février /2014 08:49

 

 

 

 

                                                 picasso-pablo-don-quichotte.jpg

 

 

 

 

Il n’est pas de personnage romanesque plus célèbre que Don Quichotte. Nul besoin d’avoir lu une ligne du roman de Cervantès pour connaître sa longue silhouette maigre, juchée sur le dos de son vieux cheval tout aussi efflanqué que lui, et à ses côtés la silhouette replète et pacifique de Sancho sur son âne.

 

Le roman, paru en 1605, était une parodie géniale de ces romans de chevalerie qui avaient enchanté les précédentes générations avec leurs invraisemblables héros, Amadis de Gaulle ou Palmerin. La vogue de ce genre romanesque était arrivée à son apogée sous le règne de Charles-Quint. La future Sainte Thérèse, Ignace de Loyola, l'empereur lui-même les lisaient, dit-on, avec avidité.

 

Mais dans le courant du XVIème siècle, cette mode commençait à passer. Le goût et les circonstances historiques avaient évolué ; d'autres formes d'évasion sollicitaient les lecteurs, en particulier le roman pastoral ; cependant les exploits de tous ces personnages de papier étaient encore très présents dans toutes les mémoires. Aussi les aventures de Don Quichotte furent-elles saluées par un immense éclat de rire et connurent un succès foudroyant. Deux mois après la sortie de l'ouvrage, l'éditeur dut mettre en chantier une seconde édition, et des éditions pirates se multiplièrent.

 

On en faisait des lectures publiques dans les villages, et ce personnage à l'inoubliable allure devint familier, même aux analphabètes, car il figura dans les cortèges, les mascarades, les ballets, et il en fut très vite, l’attraction la plus prisée. Désormais, le nom de l'ingénieux hidalgo avec sa silhouette efflanquée, associée aux formes épanouies de son écuyer, était connu de tous.

 

Suite en travaux 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jacqueline Baldran Maître de conférences. Paris IV
 

Contact

Liens